Kimono de karaté


Page(s)
-10%
Pantalon Karaté noir
BudoFight
-10%
Kimono Karaté Bushido
BudoFight
-10%
Kimono karaté Kobudo
BudoFight

Découvrez nos kimonos de karaté

L’origine du kimono de karaté

Saviez-vous que les premiers pratiquants de karaté ne portaient pas de tenue spécifique lorsqu’ils s'exerçaient ? Ils étaient le plus souvent dans leurs habits de tous les jours, en pyjamas ou alors en sous-vêtements. Pour les débutants comme pour les confirmés, aucun uniforme officiel n’était alors requis pour la pratique de cet art martial.

C’est au karateka Gichin Funagochi, fondateur du karaté Shotokan, que l’on doit l’utilisation des premiers keikogis, des tenues d’exercices dédiées aux entraînements. Il s’est lui-même inspiré du judogi après avoir rencontré le fondateur du judo, Jigoro Kano. La légende raconte que Funagochi aurait choisi la couleur blanche pour son keikogi afin de faire honneur au dojo de Kano lors d’une démonstration. À l’époque du Kodokan, les membres de l’organisation portaient tous la couleur blanche. Cette couleur serait également un héritage des samouraïs.

Le karategi

Le kimono de karaté que l’on connaît aujourd’hui se nomme le karategi ("habit de karaté" en japonais) et est fabriqué à partir de toile de coton blanc. La tenue, simple, comporte 3 éléments : 

  • L’uwagi : une veste croisée
  • Le zubon : un pantalon
  • L’obi : une ceinture

L’épaisseur des kimonos de karaté est aussi moins importante du fait qu’il y ait peu de saisies au karaté, à l’inverse du judo. Ainsi, le chiffre 400 désigne une toile assez fine, convenant parfaitement pour les débutants au karaté, l'entraînement et le combat. Les pratiquants de karaté plus expérimentés préféreront une toile plus épaisse, notée 1000, parce qu'elle produit un meilleur effet (la toile "claque" lors de mouvements rapides) en particulier lors des katas. Budo-Fight, spécialiste de la vente de kimono de karaté, vous propose donc un vaste choix de Karategis. En fonction de votre pratique du karaté, à vous de faire votre choix parmi des marques telles que Kamikaze ou Shureido.

Les différentes sortes de kimono

Selon la régularité et l’intensité de votre pratique du karaté, il existe 3 sortes de kimonos :

  • Le kimono de karaté kata a la spécificité d'être plus court aux manches et aux jambes. Il est plus épais, et claquant. Idéal donc pour les exercices bunkai liés au kata. 
  • Les kimonos de karaté kumite sont conçus pour le karaté combat et sont donc plus légers et souples. 
  • Le kimono de karaté avec une coupe traditionnelle est généralement utilisé pour l'entraînement. Il peut parfois servir pour le kumite et le kata, ce qui en fait un kimono polyvalent idéal pour les débutants. 

Tout compétiteur doit porter un karategi blanc sans bande, ni liseré, ni broderie personnelle. Il existe également des kimonos de karaté spécialement adaptés pour les enfants.

Chosir sa taille de kimono

Le choix de la taille est très important pour différentes raisons. Tout d’abord la veste du Kimono doit couvrir les hanches ainsi que la moitié des avant-bras. Le pantalon doit recouvrir ⅔ tiers des tibias des pratiquants et ne pas être retroussé. Pour cela il faut choisir avec soin son équipement et nous vous conseillons de vous référer à notre guide concernant les tailles de karategi.

L'entretien du karategi

Le karategi joue un rôle très important dans la vie des karatékas. C’est pourquoi il est primordial d’en prendre soin afin qu’il vous accompagne le plus longtemps possible dans votre parcours.Voici quelques conseils qui vous permettront de prendre soin de votre compagnon de route :

L’étape la plus évidente est de le laver régulièrement, surtout si vous pratiquez le karaté de façon quotidienne. Cela évitera l’humidité et le jaunissement du tissu. Il est fortement recommandé de laver son karategi individuellement même si cela n’est pas toujours possible. En revanche veillez à ne pas le laver à température trop élevée et évitez le plus possible l’utilisation d’eau de javel. Privilégiez plutôt des détergents doux en cas de tâches de sang ou de saleté. Le sèche-linge, quant à lui, est l’ennemi juré du karategi : il le rétrécit et endommage son tissu. Il en va de même pour le fer à repasser.